Rechercher

Satan serait-il en train de gagner ?

Mon titre est volontairement provocateur. Provocateur parce que je sais, de par mon étude de la Bible, que le diable est et sera perdant dans la grand conflit entre le bien et le mal. Par contre, chaque personne doit décider pour lui-même si le diable sera vainqueur dans sa vie personnelle. Il s'agit donc pour chacun de prendre les bonnes décisions tous les jours. Il y a d'abord la première décision d'accepter Jésus comme notre Sauveur personnel. De celle-ci, va découler un ensemble de choix qui seront en accord avec l'enseignement de Celui que nous avons décider de suivre. La foi n'est donc pas seulement un mode de pensée ou un concept abstrait qui n'aurait aucune incidence sur notre vie quotidienne. Accepter Christ dans notre vie, c'est accepter une manière de vivre qui a un impact dans nos actes et dans nos relations de tous les jours.

Oui, nos relations. C'est sur ce mot que je voudrais axer cette réflexion. Je crois que la question des relations est centrale dans la grande bataille entre le bien et le mal, entre Dieu et Satan. Dieu est un Dieu de relation. Satan, lui, cherche la division et la confusion. Et mon titre, je le répète volontairement provocateur, est en lien avec l'actualité. La pandémie actuelle, avec la question de sa gestion et particulièrement du vaccin, est en train de créer des divisions, des conflits non seulement dans le monde, mais aussi, malheureusement dans les communautés religieuses.


Lorsque je remonte à la Génèse et à la création de l'homme, je constate le désir de Dieu d'être en relation avec les êtres qu'il a crée. Et cette relation commence dans la manière dont l'être humain est créé. Si Dieu parle pour tout le reste de la création, lorsqu'il crée l'homme, il met la main à la pâte: il le façonne de sa propre main. Pour créer la femme, il va prendre une côte de l'homme pour la façonner. Il y a dans ce geste de Dieu, le désir d'un Père qui veut être proche et en relation avec l'être qu'il a créé.


D'ailleurs, la suite du texte avec l'arrivée du péché, montre que la conséquence immédiate du péché est la séparation, la division et le conflit. Lorsque Ève fait le choix d'écouter le serpent qui n'est autre que Satan, elle se sépare de Dieu. Et quand Dieu demandera des comptes à Adam, celui-ci accusera celle qu'il appelait auparavant "os de ses os et chair de sa chair". Et cette séparation est visible dans le fait que nos deux premiers parents se cachent quand Dieu les appelle. L'harmonie, l'unité et les relations saines disparaissent et font place à la division, aux conflits multiples, à la domination et aux relations toxiques.


Le plan de salut vise à porter une solution viable et visible aux conséquences du péché. Et c'est pourquoi Jésus va, dans son premier grand Sermon sur la Montagne, centrer ses propos sur les relations non seulement entre Dieu et l'homme, mais aussi entre l'homme et son prochain. D'ailleurs, il va donner en une phrase claire ce qui caractérise son disciples: "À ceci, tous connaitront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres." (Jean 13: 35) Jésus va aussi définir ce qu'est l'amour pour le prochain dans sa parabole du Bon Samaritain. Dans cette parabole révolutionnaire pour l'époque, il va dire que l'amour ne tient compte ni de la race, ni de l'ethnie, ni de la culture, ni de la religion, ni du statut sociale et encore moins de la religion. L'amour n'a donc aucune barrière. Et pour ceux qui auraient encore du mal à comprendre, Paul va dans 1 Corinthiens 13, donner une définition assez claire de l'amour tel que Dieu le conçoit. Ce n'est pas un simple sentiment, c'est un principe de vie qu'il n'est possible de posséder que lorsque nous sommes en relation avec Celui qui est et qui donne la vie.

Alors pourquoi ce titre, me direz vous! Je répondrai à cette question en deux parties. Une dans les mots qui vont suivre et l'autre dans une prochaine réflexion.

Lorsque je vois les réactions des uns et des autres aujourd'hui autour de la gestion de la crise sanitaire, je suis assez triste de la violence des échanges, de la cruauté des propos employés et de la méchanceté des allusions faites. Et je me dis que Satan est en train de jubiler. Car, son but a toujours été et sera toujours d'apporter division, conflit, haine, confusion et guerre. Et je vous avoue que des fois je doute de notre humanité. De notre capacité à être des êtres raisonnés et raisonnables, connaissant le bien et le mal. Et lorsque l'on me parle des progrès de l'humanité, j'ai des doutes. S'il est vrai que nous avons progressé dans les domaines de la techniques et des idées sûrement, il n'en demeure pas moins que l'homme au fond de lui-même n'a pas changé. Une simple étincelle et tout ce qu'il y a de mauvais en lui remonte.


Cela est d'autant plus désolant quand ce sont des chrétiens, des personnes de la même communauté religieuse qui s'invectivent sur un sujet complexe et dans un temps où ce monde a tellement besoin d'espoir. Oui, je suis triste de voir des chrétiens utiliser leur énergie à condamner, à nourrir des conflits, à créer des divisions ou à valider des attitudes que la Bible rejette.


Alors, oui, il m'est arrivé aussi de m'engouffrer dans cette attitude. Je le confesse. Mais, lorsque je lis ce que sont les fruits de l'Esprit en comparaison des fruits de la chair, je tremble (Galates 5: 19 à 26). En lisant ces quelques versets, et je vous invite à les lire dans plusieurs versions, je me remets en question et je demande au Seigneur de m'aider à le représenter fidèlement dans un monde où la confusion règne. Oui, lorsque je lis ces descriptions, je me demande si nous ne sommes pas en train de laisser le diable remporter une bataille dans notre vie et dans nos communautés. Ne sommes-nous pas en train de nous laisser aveuglés par une situation que Dieu connait et pour laquelle il a tout prévu ?


Le plan du salut de Dieu prévoit l'unité de ceux qui ont accepté Jésus comme leur Sauveur personnel. Lorsque je suis rempli du Saint-Esprit et que le Christ est mon exemple, je développe un amour inconditionnel pour les autres sans aucune distinction possible. Et même quand je ne serai pas d'accord avec quelqu'un qu'il soit chrétien ou pas, de ma communauté ou pas, je prie Dieu de m'aider à résister à la tentation de l'insulter, de le traiter durement ou encore de laisser la colère et l'amertume me remplir au point où je perds le contrôle de mes propos et de mes actes.

Dieu a créé l'Eglise comme une école pour nous permettre d'apprendre à vivre des relations humaines renouvelés et transformés par sa grâce. Oui, les relations sont primordiales pour les chrétiens actuels. Les relations saines sont la marque distinctive de chrétiens habités par l'amour et l'Esprit de Dieu.

Nos églises sont aujourd'hui fermées. Nous ne nous rencontrons plus. Satan a-t-il gagner là aussi ? Ce sera l'objet de notre prochaine réflexion: Comment faire église en ce temps de pandémie ?


Une fraternité renouvelée. Une unité autour de la Parole de Dieu. Des relations fraternelles saines, constructives et réparatrices. C'est cela l'Évangile aussi. Que Dieu m'aide à le comprendre. Que Dieu nous aide à le comprendre.

32 vues1 commentaire