Rechercher

Lorsque les membres ne reviennent pas après le confinement...

Dernière mise à jour : 24 mai 2021

La crise sanitaire actuelle nous met face à des défis que nous n'avions jamais imaginé. Après les périodes de confinement, beaucoup de dirigeants d'église ont constaté l'absence de bon nombre de membres d'église lors de la réouverture des lieux de culte. Comment faire ?



C'est une question que de nombreux pasteurs et dirigeants d'église se posent aujourd'hui. Je me mets à la place des pasteurs qui aiment leurs brebis et souffrent de la réalité de la crise sanitaire actuelle. D'innombrables églises ont été fermées par des dispositions sanitaires du gouvernement. De même, dans de nombreuses églises qui ont été autorisées à rouvrir de nombreux croyants sont absents au culte.

La pandémie a été et continue d'être une période très compliquée. Dans différents endroits, il existe différentes réalités qui présentent différents défis aux églises. Il ne s'agit pas ici d'établir des règles sur la façon dont chaque situation particulière devrait être résolu (ce serait arrogant de ma part), mais j'aimerais présenter quelques principes.

Il ne devrait y avoir aucun doute que la Bible présente rencontre en communauté comme un mandat biblique. Plusieurs passages montrent ce commandement, comme la réalité que nous sommes le temple où Dieu habite lorsque sa Parole est proclamée (Ep 2, 18-21). Lorsque nous cessons de nous rassembler, nous ne nous encourageons pas à la piété et nous pouvons endurcir nos cœurs (Actes 10:23-27).

Dans cet esprit, je voudrais souligner certaines choses que les dirigeants et responsables d'église ne devraient pas faire. Ensuite, nous verrons ce que nous devrions faire.


Ce que nous ne devrions pas faire

Nous ne devons pas manipuler

Nous ne devrions pas utiliser de techniques de manipulation pour attirer les gens dans les églises. La manipulation à cette fin est un péché, car c'est un type de tromperie. Cela montre aussi que nous nous appuyons sur les techniques humaines. Nous faisons confiance à la Parole de Dieu et nous désirons que ce soit cette Parole qui apporte la conviction aux gens. Des expressions comme "certains vont au supermarché, mais ils ne viennent pas à l'église" ne porteront pas de fruit à long terme.

L'église a besoin de connaître les arguments sur les raisons pour lesquelles nous célébrons le Jour de repos du Seigneur.

Nous ne devons pas considérés des points secondaires

Nos motivations ne doivent pas seulement être pragmatiques, se concentrant uniquement sur des choses superficielles ou erronées, nous demandant si l'église survivra ou si les salaires des pasteurs seront versés. Nous ne devons pas seulement nous focaliser sur les finances de l'Eglise et le manque à gagner lorsque les membres s'absentent. Nos motivations doivent être bibliques, cherchant à nous soumettre à la Parole de Dieu.

Nous ne devons pas oublier notre contexte

Parfois, nous laissons des personnes vivant dans d'autres contextes nous influencer sans tenir compte de la réalité politique ou sanitaire de notre localité. Il est important que l'église comprenne que nous ferons tout notre possible pour nous rassembler et qu'en fin de compte, dans tout ce qui concerne le rassemblement, nous nous soumettons à Dieu et non à l'État. Mais, dans le même temps, l'église doit clairement percevoir que nous sommes prudents et que nous tenons compte de leur bien-être. Cela signifie qu'il faut mettre en oeuvre des règles qui permettent de nous réunir dans des conditions qui protègent chacun et minimise les possibilités de contagion.


Ce que nous devons faire

Nous devons favoriser les convictions bibliques

A mon humble avis, ce qui montre le grand absentéisme dans les églises alors que le reste de la société fait des pas fermes vers la normalité, c'est l'absence de convictions bibliques sur la valeur de la congrégation, de la communauté biblique.

L'église a besoin de connaître les arguments pour lesquels nous célébrons le jour du Seigneur et que nous nous réunissons pour adorer. Nous devons aider nos congrégations à rejeter l'idée que ces convictions sont du légalisme. Si votre communauté n'avait pas ces convictions et que le fait d'aller à l'église n'était qu'une formalité, il est normal voire naturel qu'il y ait un taux d'absentéisme aussi important après les périodes confinement. Il est fondamental que vous fournissiez les convictions bibliques qui deviendront le fondement sur lequel vous construisez l'avenir de votre congrégation.

Les personnes qui prennent des risques dans d'autres domaines de leur vie devraient prendre des risques similaires pour être avec le peuple de Dieu.

L'une des tâches des dirigeants et leaders d'église est de préparer la congrégation aux moments difficiles, de sorte qu'à ces moments-là, elle soit guidée par des principes bibliques. Si un dirigeant se rend compte qu'il n'a pas fait cela, comme par exemple aider les membres à avoir de solides convictions sur l'importance de se réunir, il est biblique de demander pardon.

Après avoir demandé pardon, nous devons prêcher la Parole de Dieu. À partir de la Parole, montrons ce que Dieu dit à ce sujet afin que les consciences de l'assemblée soient enseignées par Dieu lui-même. Beaucoup de prédicateurs deviennent timides lorsqu'il est nécessaire d'appeler les gens à se soumettre à des mandats bibliques.

Nous devons appeler à la cohérence

Je crois que, dans le cas de la pandémie, nous devons respecter la conscience des personnes qui, pour des raisons de santé, se sentent mal à l'aise ou en insécurité en étant dans des lieux avec beaucoup de gens. Mais je pense aussi qu'il est important de les appeler à la cohérence. L'appel à se rassembler pour un croyant n'est pas une option et ne aucune tâche ne doit être au-dessus de cet appel de Dieu. Ainsi, les personnes qui prennent des risques dans d'autres domaines de leur vie devraient prendre des risques similaires pour parvenir à la communion avec le peuple de Dieu. Ils doivent alors mettre en place les règles de distanciation pour se protéger et protéger les autres.

Dans plusieurs églises, des dispositions particulières sont prises pour permettre à un maximum de personnes de participer au culte malgré les règlementation sur les jauges. Certains ont raccourci les programmes pour pouvoir organiser deux ou trois cultes. D'autres ont mis en place des petits groupes qui respectent le maximum de 6 personnes et les gestes barrières. D'autres ont mis des enceintes et des écrans sur les parkings pour permettre aux fidèles d'assister au culte dans leur voiture. Il faut aussi informé la congrégation que les dirigeants comprennent qu'une personne est restée à la maison même après le confinement. Mais, il est aussi important de montrer que si quelqu'un peut prendre sa voiture pour aller à un rendez-vous médical, au marché ou à un autre endroit, il n'y a aucune raison pour qu'il ne vienne pas choisir l'une des modalités offertes par l'Eglise pour participer au culte communautaire. Voir un frère dans la foi, même à travers le vitre du véhicule, est un encouragement pour le reste de l'église.

Nous devons modéliser ces convictions pour l'église

Ces convictions doivent commencer par la direction de l'église et les dirigeants doivent les pratiquer et être un exemple pour toute la congrégation. Par exemple, je ne peux pas être convaincu de l'importance du culte communautaire et durant les vacances ne pas participer au culte quel que soit mon lieu de villégiature.De même, je ne peux pas être un pasteur, et durant mes congés, ne pas être dans un église lors du culte hebdomadaire Ces convictions en matière de leadership instruisent l'Église.

Le but du ministère n'est pas de maintenir une entreprise ou de prendre soin de notre réputation : il est de pouvoir nourrir les brebis confiés par le Christ.

J'ai personnellement vu et entendu des dirigeants d'église qui parlent de l'absentéisme des membres dans les services, mais eux-mêmes ne sont pas cohérents. Ils ont eux-mêmes régulièrement des personnes dans leur famille qui sont absentes des réunions pour des raisons qui ne sont pas valides et lorsqu'ils partent en vacances, ils ne se joignent à aucune communauté. Nous n'allons pas à l'église parce que nous sommes pasteurs, dirigeants ou leaders d'une communauté, nous y allons premièrement parce que nous sommes des croyants.

Souvent, en tant que leaders, nous ne nous en rendons pas compte, mais nous avons tendance à donner la priorité à d'autres choses qui ne sont pas celles auxquelles Dieu donne la priorité. L'église doit être convaincue que notre insistance sur la notion de culte communautaire n'est pas motivée par le désir de nous faire voir ou de nous faire écouter, mais que c'est quelque chose dont nous sommes convaincu et qui vient de la Parole de Dieu.

Nous devons faire confiance à Dieu

En fin de compte, nous devons avoir confiance que Dieu prendra soin de son église. Nous ne pouvons pas être motivés par l'anxiété ou les vues purement humaines. Cela ne fera que garantir que notre motivation n'est pas pleine de grâce. Seul l'Évangile devrait nous instruire et nous soutenir. La Parole de Dieu doit nous remplir de patience, d'amour et d'attention pour chaque brebis du Seigneur. Le but de notre ministère en tant que leader n'est pas de maintenir une entreprise ou de prendre soin de notre réputation : il est de pouvoir nourrir les brebis du troupeau du Christ.


32 vues0 commentaire